Le Jardin

A quelle date planter ses pieds de tomate ?

Les tomates égaient nos jardins et nos assiettes de bien des manières. Mais avant de profiter de l’éclat et des bienfaits de ces légumes gorgés de soleil, encore faut-il s’assurer que la mise en terre de leurs plants se passe dans les meilleures conditions. Suivez le calendrier !

Aux bonnes dates pour espérer de bonnes récoltes

Le bon repère pour mettre les pieds de tomate en terre est de compter 2 mois après le semis, si vous l’avez fait vous-mêmes. Le cas échéant, vous vous y seriez pris entre février et avril. Le mois de mai constitue, dès lors, le début officiel des mises en terre, en s’assurant que tous les risques de gelées soient écartés. Les plants devraient, à ce moment-là, déployer 5 à 7 feuilles. Servez-vous de cette même référence pour choisir les pieds que vous achetez directement en godets. Tout dépend, par ailleurs, de l’endroit où vous vous trouvez. Dans la majorité des régions de France, il ne devrait y avoir aucun souci passé le 14 mai, pour des cultures en pleine terre. Une mise en terre plus précoce est même envisageable si vous êtes dans le Sud.

Ensuite et en tenant compte des microclimats, les autres modes de culture peuvent faire envisager d’autres dates plus avancées pour la plantation. Vous pourrez mettre vos pieds de tomate en terre jusqu’à 1 mois avant ces dates de référence si vous poursuivez la culture sous serre. Une avance d’une quinzaine de jours sera bien tolérée si votre carré se trouve au pied d’un mur exposé plein sud, ou si vous cultivez sous châssis. Plantez vos pieds de tomate avec une semaine d’avance, sans craindre de remettre en cause leur développement, si vous recourez au voile de forçage.

Les bons gestes pour une mise en terre réussie

Maintenant que vous savez à quel moment planter vos pieds de tomate, il faudra vous y atteler en respectant quelques consignes. Préparez les trous de plantation en les espaçant d’environ 50 à 60 cm. Il est raisonnable d’étirer cet espace jusqu’à 1 mètre si vous choisissez des espèces non-taillées, de type petites cerises, ou encore les tomates de petit gabarit. Une demi-hauteur de bêche – environ 15 cm – suffit pour la profondeur du trou, que vous étalerez sur une vingtaine de centimètres, en veillant à ce que l’un des côtés soit légèrement incliné, sur environ 45 degrés. Ce dernier détail vous permet de coucher le plant sur le côté présentant la pente, l’idée étant qu’une partie de la tige se retrouve sous terre, une fois le trou rebouché. L’intérêt de cette astuce est d’obtenir une production plus abondante, en encourageant plus de racines à pousser et nourrir la plante. Notez que celle-ci se redressera d’elle-même au bout de quelques jours. Un mélange composé de terre et de compost, à point ou demi-mûr, vous permettra de combler les trous. Arrosez abondamment avant de placer d’épais paillages, jusqu’à 10 cm, pour maintenir l’humidité du sol.

Des astuces en plus pour optimiser le rendement

La rotation des cultures constitue la première chose à envisager pour cueillir longtemps de bonnes tomates. Déplacez le carré dédié à ce légume au fil des saisons de culture. Évitez, en même temps, de mettre vos plants là où d’autres solanacées – aubergines, piments, poivrons, pommes de terre – ont poussé juste avant. Offrez à vos cultures les meilleures conditions pour qu’elles s’épanouissent. Placez le carré contre un mur ensoleillé, ou sur une parcelle exposée au soleil couchant.